Pollution numérique

Publié le : 30/03/2022 18:03:31
Catégories : Zéro Déchet

Pollution numérique

Le numérique pollue, c’est incontestable : il représenterait près de 4% des émissions de gaz à effet de serre mondiales selon l’ADEME. Ce qui équivaut à la l’aviation civile mondiale.

La pollution numérique est définie par l’ensemble des actions numériques qui émettent des gaz à effet de serre. En raison de son apparence immatérielle, le numérique est souvent perçu comme un outil sans impact direct sur l’environnement. Or, le numérique est bel et bien matériel et repose sur des infrastructures physiques tels que les data-centers et les kilomètres de câbles servant d’antennes de relais.

La digitalisation est croissante dans notre société et l'impact environnemental du numérique ne cesse d'augmenter. Pour y remédier il est possible d'adopter de nouvelles habitudes. Même s’il est difficile de réduire à néant notre impact sur cette pollution nous pouvons adopter quelques gestes qui nous permettent de le diminuer :

  • Résister à l’appel de la nouveauté, conserver les appareils qui fonctionnent et réparer ceux qui peuvent l’être.
    88 % des Français changent leur téléphone portable alors qu'il fonctionne encore.
    70 matériaux différents, dont 50 métaux (dont certains très rares) sont nécessaires pour fabriquer un smartphone.
    La fabrication de certains appareils pose également des problèmes sociaux et éthiques : les conditions de travail sont parfois déplorables et l’extraction de minerais rares alimente des conflits armés aux dépens des populations locales.
  • Emprunter ou louer plutôt que d'acheter
    Qui n’a jamais fait l’acquisition d’un appareil avant de l’oublier rapidement dans un placard ? Pour tous les objets dont on n’a peu l’utilité, l’emprunt et la location sont d’excellentes alternatives à l’achat.
  • Acheter en fonction de ses besoins
    A-t-on vraiment besoin d'une tablette supplémentaire dans la maison ? Une TV dans la chambre est-elle indispensable ? Un PC surpuissant pour uniquement créer des documents Word n'est pas une bonne idée.
  • Recycler plutôt que jeter
    Moins de 5% des téléphones sont collectés pour être recyclés. Pourtant, même lorsqu'ils ne fonctionnent plus, nos appareils représentent un vrai trésor ! Métaux, minéraux, plastiques et autres composants peuvent être récupérés et valorisés pour fabriquer de nouveaux objets. Il est important de ne pas jeter nos appareils n’importe où, n’importe comment, car ils contiennent des substances dangereuses pour l’environnement et notre santé.
    Le mieux est de les déposer dans un bac de collecte ou de le remettre au magasin qui vous vend son remplaçant.
  • Prendre soin de ses appareils
    Plus nous prendrons soin de nos appareils, plus ils dureront et plus nous pourront en profiter.
    Utiliser des housses, des coques et des protection, les nettoyer régulièrement et ne pas les laisser à la chaleur ou à l'humidité.
    Limiter leur temps d'utilisation et ménager la batterie leur permettra également de durer plus longtemps.
  • Penser à éteindre complètement ses appareils durant la nuit et même la journée dès lors qu’ils ne sont plus utilisés.
    Utiliser un multiprise avec interrupteur est une bonne solution pour éteindre tous les appareils en même temps. Débrancher les chargeurs qui ne sont pas utiliser.
  • Réduire le volume de contenus vidéo en streaming et télécharger plutôt que streamer.
    Et si ce soir, on lisait un bon livre au lieu de regarder Netflix ! Un soir par semaine, troquer la TV pour bon livre ou un jeu de société en famille.
    Pour réduire la consommation de données liée à l’usage de la vidéo, pensons à désactiver la lecture automatique sur les plateformes et nos réseaux sociaux.
  • Activer le mode économie d’énergie sur les smartphones
  • Faire un nettoyage régulier de ses contenus (photos ratées, films déjà visionnés, fichiers non utilisés…)
    Toutes les données que nous produisons, tous les contenus que nous récupérons ont besoin d’être stockés. Nos photos, nos vidéos, nos documents (…) lorsqu’ils sont enregistrés dans le cloud sont en fait hébergés dans des data centers très énergivores. Cela génère par ailleurs des allers-retours incessants entre le terminal de l’utilisateur et les serveurs.
  • Se désabonner des newsletters qu’on ne lit jamais.
  • Trier et supprimer ses mails

Ce n’est qu’une liste non exhaustive des réflexes à adopter mais qui à grande échelle peuvent avoir un impact important. Il en existe des centaines. A vous trouver ceux que vous arrivez à mettre en place le plus facilement possible et prenez progressivement de nouvelles habitudes.

Et vous, quel sont les habitudes que vous avez prises pour limiter votre impact ?

Partager ce contenu